08 mai 2010

Barcelona Y migrants

Certains n´ont jamais ouvert un livre de leur vie sans savoir que la leur est digne des plus grand romans jamais écrits,

Entre réalité et absurdité se tiennent des personnages les plus improbables et étonnants, évadés de la normalité pour la plupart et tous égarés en route,

Fugitifs d´une société qui n´a pas sû les intégrer ni les divertir mais plutôt les interner ou les dénigrer, ils échouent dans ces endroits oubliés, patientent en attendant que leur heure vienne en disputant des parties d´échecs en compensation de tout ceux qu´ils ont vécus,

Fatigués du long voyage qu´ils ont entrepris pour finir par se retrouver au milieu de ces débris de rêves usagés qui rongent leur propriétaires pour les remodeler a leur image,

Entre travestis aux milles amants d´une nuit, á la vertu légère, la voix grave et au grand coeur, usant leur talons dans des rues vétustes que l´amour a fui,

Des petits nerveux á l´orgueil immense et au quintal de haine á déverser en permanence se trouvent également des individus édentés á l´accent chantant, au sourire authentique et aux faux papiers,

Lorsque les princesses du macadam s´énervent face á des malabars de pacotille des étincelles surgissent du fond de la nuit,

Que ceux á qui ont á tout pris gardent la tête haute et encaissent les billets de leur commerce aussi illicite que leur présence et les coups de la vie en silence tout en maudissant les institutions qui ne veulent pas d´eux, pratiquent l´enculage de lois prosaïques,

Sous ces capuches se cachent des regards durs d´immigrés au visage voilé sans conviction religieuse, enveloppés d´un tissu invisible qui s´appelle l´espoir,

Entre tigres pédérastes que même l´armée n´a pu dompter á la recherche d´un collier, errant uniquement lorsque les étoiles sont de sorties et personnes pleine d´énergie que chaque heure décompose un peu plus en raison de l´origine chimique de leur joie, paumés qui se baladent avec leurs angoisses dans le but de les semer et autres fumeurs de cigarettes á la fumée épaisse, á l´odeur épicée qui fait plisser les yeux,

Influencé par l´atmosphère mon stylo soudain ne se laisse plus faire, le papier se rebelle et me recrache l´encre en plein visage, mes clés s´amusent á me jouer des tours á la levée du jour,

J´enfourche alors mes cornes et mes babouches puis file faire un tour en tapis volant implorer la clémence des cieux envers ces belles âmes perdues sans papiers ni propriétaire....

Posté par mumin à 15:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Barcelona Y migrants

    petit annonce pour grand texte

    tes textes sont bons vraiment!!! tout la journéé j'ai répondu à des annonces afin de proposer mes service en tant illustrateur ba oui on essaie de gagner sa vie comme on peut...., enfin c'était chiant et la je tombe sur une pauvre annonce aaah et c'est la bonne enfin je sait pas si tes textes vont faire l'objet d'une publication mes suis interessé
    mon blog hubertfourre.com.over-blog.com
    hubert-hubert@hotmail.fr

    Posté par poiuyt, 18 juillet 2010 à 02:13 | | Répondre
Nouveau commentaire